« Quelques remarques à propos du kitsch » de Hermann Broch

Ce court essai (de 1955) révèle des accents ultra-contemporains tant l’argument développé Hermann Broch semble pertinent et immédiatement applicable à la sphère culturelle d’aujourd’hui.

Broch replace l’avènement du kitsch dans un contexte historique liée à la floraison du capitalisme industriel et à l’avènement d’une bourgeoisie avide de nouvelles normes éthiques. La frigidité puritaine d’une bourgeoise donnant naissance au romantisme exacerbé coupe ainsi avec le libertinage pratiqué jadis par l’ancien régime : « Tout accouplement de hasard au cours de la vie quotidienne est élevé jusqu’aux sphères étoilées, est exalté jusqu’a l’absolu ou, plus justement, jusqu’au pseudo-absolu, et transmué en une union éternelle et irrévocable à la Tristan et Yseut » (P. 20).

L’analyse complexe de Borch s’interroge, environ deux décennies avant que Niklas Luhmann n’applique sa théorie des systèmes à la culture, sur le statut de l’art comme système ouvert ou fermé. L’exigence romantique désire, selon Broch, donner la beauté à toute œuvre d’art comme but immédiat, à portée de la main. Un art user-friendly – « Design » ? – confinant l’art dans un système fini : « Lorsque, dans l’art académique, on recherche sans cesse des règles de beauté, sur lesquelles toute production artistique devrait se régler, on procède à une réduction semblable à l’ordre du fin. » (P. 29). L’académisme forme ainsi le postulat indispensable de tout kitsch : art figé, dompté, accessible et per se reproductible.

Digression achronique. Tandis que Broch considérait Wagner comme plus haut sommet jamais atteint en matière de kitsch, il aurait aujourd’hui avec le phénomène Lady Gaga, matière à approfondir son étude. L’art-kitsch comme celui de Gaga symbolise une production culturelle fonctionnant en vase clos. L’art-kitsch comme système fermé, incapable de dépasser certaines règles de jeu et transformant les parties de la vie humaine qu’il embrasse en un jeu qui ne doit plus être apprécié du point de vue éthique, mais seulement esthétique (P. 32). Exit l’éthique de l’art – Broch cite comme exemple Dali dans lequel l’élément imitatif transparait. Idem chez une Lady Gaga défilant en robe de viande. Là où Vanitas de l’artiste Jana Sterbak (1987) ( l’œuvre originale copiée) posait une question –  comme œuvre évolutive (flétrissure des chairs comme résultat du temps qui passe) – en épinglant ironiquement la vanité déchue, la reprise kitsch gagesque réduit la même œuvre à de la provoc stérile. Fin de la parenthèse.

Broch indique avec justesse : « le système « kitsch » exige de ses partisans : « fais du beau travail ! » alors que le système de l’art a pris pour maxime le commandement éthique : « Fais du bon travail » (P. 33). Broch, pour qui le kitsch est à l’art ce que l’Antéchrist est au Christ, constate ainsi jouissivement : 

« Ce n’est pas un hasard que Hitler (comme son prédécesseur Guillaume II) a été un partisan absolu du kitsch. Il vivait le kitsch sanglant et il aimait le kitsch des pièces montées. Ils les trouvaient « beaux » tous les deux. Néron, lui aussi, était pareillement un amateur de beauté empressée et ses dons artistiques étaient peut être-même supérieurs à ceux de Hitler » (P. 35).

Pertinent donc, à l’heure d’un post-postmodernisme dressant le kitsch comme unique horizon artistique. Broch, auteur du concept d’« Apocalypse joyeuse » et parlant déjà d’une  névrose universelle en constante ascension, rappelait que « l’œuvre d’art authentique éblouit l’homme jusqu’à le rendre aveugle et elle lui donne la vue » (P.38) ou ;  « l’art nait des pressentiments du réel et c’est eux seulement qui le font s’élever au-dessus du kitsch. » (P. 28).

Publicités

Une réflexion sur “« Quelques remarques à propos du kitsch » de Hermann Broch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s