« L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique » de Walter Benjamin

Classique serré, arguments percutants et intuition implacable. Benjamin y enterre tout simplement l’art au sens noble.

Dissociée de son aura cultuelle, l’art perd son autonomie originelle, désormais livrée au règne du contretype. Ainsi, Benjamin retrace dans cet essai la volonté des masses de rendre les choses spatialement et humainement « plus proches de soi. […] un désir tout aussi passionné que leur tendance à déposséder tout phénomène de son unicité au moyen d’une réception de sa reproduction » (p. 20.).

Le traducteur de Baudelaire et de Proust déblaie un terrain critique fertile, encore praticable aujourd’hui : « on assiste […] dans le public à un divorce croissant entre l’esprit critique et la conduite de jouissance, chose manifeste notamment à propos de la peinture. On jouit, sans le critiquer, de ce qui est conventionnel ; ce qui est véritablement nouveau, on le critique avec aversion » (pp. 55-56). Benjamin termine par ce constat impitoyable : « La quantité est devenue qualité » (p. 69).

Benjamin se montre par ailleurs fortement affecté par Berthold Brecht, qu’il cite à profusion, autant dans l’étude de la reproduction technique et ses conséquences sur l’art, que dans l’analyse de l’image cinématographique. Dans la foulée, on discernera également une analyse séduisante de la guérilla dadaïste – le Dadaïsme, ce courant artistique désirant provoquer l’outrage public et infligeant le « stigmate de la reproduction » à ses productions artistiques.

Un essai publié en 1935 à l’aube d’un conflit mondial, avec une polarité idéologique à son comble, que Benjamin conclut par un plaidoyer ouvertement antifasciste; épinglant le manifeste futuriste de Marinetti et son mémorable « Fiat ars, pereat mundus » (Que l’art advienne, le monde dût-il périr) : « Voilà l’esthétisation de la politique que pratique le fascisme. Le communisme y répond par la politisation de l’art » (p. 78). Une formule partisane, tranchant curieusement avec l’ensemble de l’essai.

 

Publicités

Une réflexion sur “« L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique » de Walter Benjamin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s