« Retour définitif et durable de l’être aimé » de Olivier Cadiot

J’avais promis de le lire – avec assiduité prussienne – et de donner mon avis ; je tiens parole.

De prime abord, je ne le recommande pas. Lecture inutile. On reste en surface. Opacité de rigueur et impossibilité de prendre possession du texte – déroute assurée. Une avalanche sans fin d’énoncés s’imbriquant sottement – volonté de l’auteur – comme les pôles de magnétite irréconciliables. Surréalisme déchaîné et pénible, même pour un belge.

Au bout de la centième page survient le bref moment de lucidité ; moment d’espoir du lecteur, promesse de structuration – on espère, on reprend gout à la folle valse des mots.

Quelques perles ponctuent au passage les déséquilibres surfaits – incisions précises dans le réel suscitant réflexion par induction: « Un philosophe disait qu’il fallait faire exploser le passé dans le présent, il avait raison » (P. 13) ; « Nous sommes la première génération sans Stimmung, pas de feeling pour le superréel comme nos ancêtres chamaniques, il n’avait pas tort. » (P. 58)

Par delà la vomissure de mots et d’onomatopées polyglottes, Cadiot convoque de fortes images mentales et explique sa cuisine par à-coups.

Or, tenir la ligne du non-sens pendant plus de 200 pages requiert une certaine discipline ; après tant de récits qui font sens, on s’y plie douloureusement. Prendre le temps de s’accorder une lecture absurde est un luxe que l’on ne s’octroie guère gratuitement.

Aussi, Au fil des pages, les accélérations, répétitions et ruptures abruptes du récit servent bien plus de catalyseurs pour nos propres élucubrations ; de béquilles vers l’absurde.

On déchiffre : il s’agit irrémédiablement d’un récit contaminatoire. Ce lapin vert, sûrement chargé radioactivement, remue du museau et nous infecte. On ingère les représentations successives, on se laisse envahir par le style – cette syntaxe atomisée. On s’offre ainsi la possibilité de régurgiter, à notre tour, de l’absurde. Un luxe je répète.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s